Si aucune possibilité de télétravail n’existe pour un salarié à risque, il pourra demander un arrêt maladie. Cela dès mercredi, en télédéclaration. Cet arrêt maladie sera initialement de trois semaines et pourra être rétroactif à la date du 13 mars.
Il s’agit des critères suivants :
· Femmes enceintes
· Maladies respiratoires chroniques (asthme, bronchite chronique…) ;
· Insuffisances respiratoires chroniques ;
· Mucoviscidose ;
· Insuffisances cardiaques toutes causes ;
· Maladies des coronaires ;
· Antécédents d’accident vasculaire cérébral ;
· Hypertension artérielle ;
· Insuffisance rénale chronique dialysée ;
· Diabètes de type 1 insulinodépendant et diabète de type 2 ;
· Les personnes avec une immunodépression : pathologies cancéreuses et hématologiques, transplantations d’organe et de cellules souches, hématopoïétiques
maladies inflammatoires et/ou auto-immunes recevant un traitement immunosuppresseur, personnes infectées par le VIH
· Maladie hépatique chronique avec cirrhose ;
· Obésité avec un indice de masse corporelle (IMC) égal ou supérieur à 40.
Les personnes, dont l’état de santé le justifie, pourront ainsi se connecter directement sur declare.ameli.fr , sans passer par leur employeur ni par leur médecin traitant pour demander à être mis en arrêt de travail pour une durée initiale de 21 jours.
Un arrêt de travail leur sera délivré sur cette base, une fois effectuées les vérifications nécessaires par le service médical de l’Assurance Maladie.